TRAITEMENT DE LA SILHOUETTE

indications, précautions et pièges

Quel est le défi ?

  • Restaurer la texture élastique de la peau

  • Raffermir les plans profonds

  • Gommer les surcharges graisseuses

  • Redonner de l’harmonie à la silhouette ….

UN BEAU CHALLENGE !

Identifier

  • le relâchement de la peau

  • la cellulite

  • les surcharges graisseuses localisées

 

Proposer

  • la ou les bonnes techniques

  • un plan de traitement

 

Controler

RADIOFREQUENCE ET LASERS APPLIQUES AU CORPS

SPECIFICITES DE LA PEAU DU CORPS

L’épaisseur de la peau du corps nécessite des lasers de forte puissance, des LO élevées pour augmenter la pénétration, des PAM larges.
Temps de cicatrisation plus long.
Pauvreté en follicules pilo-sébacés : DANGER.
L’hyperlaxité différente selon les zones du corps.
La cellulite.
Les muscles perdent leur fermeté.
L’atrophie osseuse augmente avec l’âge.
L’orthostatisme induit la ptose musculo-cutanée.

La demande concerne :

  • les bras,

  • les cuisses,

  • l’abdomen,

  • les flancs.

Bien analyser l’hyperlaxité cutanée,
l’importance de la cellulite,
la surcharge graisseuse.

« Etat de l’art actuel »

Corps
à « risques cicatriciels »
Peu de follicules pilo-sébacés
Texture
Mouvement
Traction

Pièces à mains adaptées
Nombre de tirs important car surface.

Que choisir ?

PRINCIPE

L’application à la surface de la peau de particules de lumière, de longueurs d'ondes variables, de temps d’impulsion différents crée une énergie thermique qui diffuse dans le derme et les tissus sous-cutanés, induisant entre autres, dans les fibroblastes, une fabrication de fibres de collagène et de fibres élastiques de bonne qualité.
SOUS RESERVE D’AVOIR AUGMENTE SUFFISAMMENT LA TEMPERATURE ET PENDANT UN TEMPS SUFFISAMMENT LONG.

LASERS: DEPTH PENETRATION AS A WAVE LENGTH FUNCTION (II)

LASERS: SELECTIVE ACTION AS A WAVE LENGTH FUNCTION (IV)

Neira, et al. have demonstrated that 650 nm wavelength “facilitates the releasing of the fat panicles, allowing the fat to go from inside to outside the cell and placing it in the interstitial space.”*

LASERS: SELECTIVE ABSORPTION AS A WAVE LENGTH FUNCTION (III) 

Solid Line - water
Dotted Line - human fat 


915 nm wavelength: preferential absorption by lipids

LASER ND:YAG MODE D’ACTION

Le Nd:Yag 1064 nm génère une énergie thermique dans le derme profond: action sur l’eau, pas d’absorption par les lipides.
Spot large (12 à 18 mm).
Forte Fluence.
Protection de l’épiderme par le cryogène.

D’où une stimulation des fibroblastes et une néosynthèse de collagène dans le derme profond et les septae fibreux de l’hypoderme ?

Intérêt des lasers fractionnés ?

RADIOFREQUENCE : PRINCIPE ET MODE D’ACTION

La Radiofréquence induit :

 

1. L’échauffement volumétrique du derme profond mais aussi des septae fibreux qui soutiennent le tissu graisseux.
2. La dénaturation du Collagène.
3. La néocollagénèse.
4. La rétraction tissulaire.

 

Sans dommages épidermiques grâce au refroidissement.

 

Pas de captation par les chromophores.

Mode d'action


Purge des adipocytes
Pas de mort cellulaire
Donc temporaire…

A.S.L.M.S. 2009 TECHNOLOGIES DESTINEES AUX ANOMALIES DU TISSU ADIPEUX

RF for fat: human pre-abdominoplasty histology study.
Christopher B Zachary et al


Thermage

Nouvelle pièce à main de 6.78 MHz
induit une nécrose du TA chez l’animal à 2 mois (étude histologique et caméra thermique).
Etude sur abdomen avant abdominoplastie:
5 volontaires traités sur 1,2 ou 3 zones avant chirurgie
pas d’irrégularités de surface
nécrose du TA sur 4 à 22mm (13mm en moyenne), chez 2 des 5 sujets, débute à la fin du 1ER mois
fibrose modérée à 2 et 3 mois corrélée avec le degré de nécrose

 

Dosage des Périlipines 
1ère étude publiée montrant une action de la Rf sur les Périlipines.
ce qui est connu : protéïnes abondantes dans les gouttelettes de lipides, protègent les lipides de l’action de la lipase,
Chez l’animal : diminuées si augmentation de la lipolyse, si diminution de la masse grasse,
Chez l’homme : diminution des Périlipines si augmentation de la lipolyse (thérapies anti-rétrovirus, obésité),
Dans l’étude : diminution des périlipines après RF du fait de l’augmentation de la lipolyse ou de la nécrose cellulaire ???

 

LES PREUVES : LASERS, RF, LIPOLYSE, LEDs BIBLIOGRAPHIE

Augmentation du contenu en collagène du derme

Diminution de la quantité totale des F. Élastiques avec modifications qualitatives

HYPERLAXITE

VELASHAPE : Abdomen

Avant traitement                                                 Après 3 séances

 

VELASHAPE patiente de 62 ans 

Avant traitement                    Après 12 séances

Relâchement cutané CO2 Fractionné comparaison après 2 séances

CELLULITE

Classification de la cellulite

Classe 1 :
Pas d’aspect de peau d’orange spontané
Les capitons apparaissent lors du pincement.


Classe 2 :
Aspect peau d’orange en position debout uniquement


Classe 3 :
Aspect peau d’orange en position debout et allongée

PREVALENCE DE LA CELLULITE

La cellulite touche 85 à 98% des femmes en âge post pubertaire.
Elle n’est associée à aucune morbidité ni mortalité particulière. C’est un problème cosmétique.
Elle n’existe pas chez l’homme sauf en cas de déficit androgénique: syndrome de Klinefelter, estrogénothérapie pour cancer.
Elle ne se rencontre pas dans la sclérodermie.

ETIOLOGIE DE LA CELLULITE

La cellulite résulte de la combinaison de facteurs génétiques (architecture de la peau), nutritionnels, hormonaux, veineux et du vieillissement.

DEFINITION DE LA CELLULITE

Elle associe en proportions variables selon le cycle et la vie génitale :
Rétention d’eau,
Augmentation de volume des lobules adipeux de l’hypoderme,
Hyperlaxité cutanée sus-jacente et fibrose des travées inter-adipocytaires.

ANOMALIES ANATOMIQUES DE LA CELLULITE

Chez la femme, les lobules adipeux sont séparés par des travées conjonctives plus ou moins fibreuses, orientées perpendiculairement par rapport à la peau.
On observe ainsi de hernies graisseuses intra-dermiques visibles en échographie et en IRM.
Chez l’homme, les travées sont obliques…

ASPECT ECHOGRAPHIQUE Nd:Yag et cellulite

Avant

Après

FACTEURS NUTRITIONNELS ET CELLULITE

Le volume des lobules adipeux augmente quand le poids augmente.
Mais la cellulite existe chez les femmes de poids normal et les hommes en surpoids ont très peu de cellulite.

 

Conseils diététiques :

  • limiter les glucides d’absorption rapide responsables de la glycation des protéïnes,

  • le sel en excès,

  • privilégier les protides.

FACTEURS HORMONAUX ET CELLULITE

Aggravation de la cellulite en 2e partie de cycle. En cas de pilule fortement dosée en estrogènes. Mais aussi avec les progestatifs de type Norstéroïdes (stimulent la prise de poids). Présence de cellulite chez l’homme traité par Estrogènes.

TRAITEMENTS DE LA CELLULITE

De nombreux traitements ont été proposés:
Activité physique, contrôle du poids
Liposuccion et subcision (mais augmentent les hématomes et la fibrose secondaire),
Phosphatidylcholine,
Endermologie: action sur la rétention d’eau, augmentation de la perfusion tissulaire
Topiques: rétinoïdes, A. lactique, aminophylline

 

LASERS ET RADIOFREQUENCE DANS LA CELLULITE

But : ACTION DURABLE AU CŒUR DU PROBLEME

  • Sur la rétention d’eau : action mécanique de drainage et stimulation de la circulation locale, en évitant les ecchymoses.

  • Sur le collagène : remodelage architectural avec remplacement durable de la fibrose et densification du derme.

  • Sur les lipides : action de purge des adipocytes mais pas de destruction cellulaire. 

LASERS ET RADIOFREQUENCE : LES APPAREILS DISPONIBLES

Trusculpt
Thermacool:

  • Monopolar RF

  • FDA approved 2002 for wrinkle

  • Off-the-face in 2006 

Accent:

  • Unipolar or bipolar RF

  • FDA approved 2007 for wrinkle

  • Studies suggest the efficacy in cellulite

Aluma:

  • Bipolar Rf

  • Vacuum

Apollo:

  • Tripolar RF

Velasmooth, Velashape:

  • RF bipolaire: 60 W et 23 W selon la PAM

  • IR: 700-2000nm

  • Massage: 380 millibar vacuum

  • 1 à 2 TT par semaine, 8 à 12 semaines

  • FDA approved for cellulite (2005)

Alma Accent:

  • Unipolaire et bipolaire

  • 6 TT

  • Efficacité persiste 6 mois + tard

  • Histologie : fibrose du derme

PROTOCOLE DE TRAITEMENT

Le nombre de séances varie de 1 à 15 séances en fonction de l’ancienneté et de l’importance des signes et des machines utilisées…
Le prix des séances : de 120 euros à 2000 euros selon les machines.
Les séances d’entretien (2 à 3) sont conseillées une à deux fois par an selon l’âge.
Un comportement raisonné vis-à-vis du soleil et des facteurs de risque de vieillissement est conseillé.

Ideal Candidates

 

  • Appropriate expectations

  • Mild to moderate skin laxity

  • Stable weight

  • Good physical shape

  • “Crepey” skin

  • Post pregnancy

  • Post weight loss

  • Not significantly overweight

  • Within 10-15 lbs of ideal weight

Ideal Candidates

 

  • Appropriate expectations

  • Mild to moderate skin laxity

  • Stable weight

  • Good physical shape

  • “Crepey” skin

  • Post pregnancy

  • Post weight loss

  • Not significantly overweight

  • Within 10-15 lbs of ideal weight

Not Ideal Candidates

CONTRE INDICATIONS

  • Dispositifs électroniques implantés : pace-maker, défibrillateurs, pompes à insuline...

  • Maladies dermatologiques évolutives, affections auto-immunes.

  • ATCD Herpès : prophylaxie.

  • Atrophie cutanée : radiothérapie.

  • Isotrétinoine PER OS, Photosensibilisants.

  • Grossesse.

Procédure clinique

Traitement

 

Choisir le bon applicateur
Utiliser uniquement le Vela Spray et bien masser la peau
Traiter la zone jusqu’à augmentation significative de la température de la peau (40 à 42)
Conserver la zone à cette température pendant 5 à 10 minutes


Comment traiter ?

Aller-retours

Sens unique

Circulaire

Aller-retours

Sens unique

Circulaire

Pré-Traitement

Tous phototypes, BMI<30: si le patient est  bronzé, privilégier la Radiofréquence (pas de captation par les chromophores).
Éviter les anticoagulants, car possibilité d’ecchymoses.
Exfolier la peau et raser les poils longs.
Peser, mesurer et photographier les patients.

Les clefs du succès

Les 2 principaux facteurs conditionnant l’efficacité du traitement sont le pic de température atteint et la durée de l’élévation de la température.
Donc il est essentiel de maintenir une température externe de 40-42°C (équivalente à une température interne de 60-65 °C) pendant 5 minutes.

RESULTATS

Résultats appréciés à 2, 4 et 6 mois.
Réduction de la circonférence visible.
Amélioration de la texture de la peau: élasticité et tonicité.

Mais pas d’étude à long terme.
Evaluation sur photos le plus souvent.

En fait nécessité d’objectiver systématiquement par une technique fiable comme l’échographie de haute fréquence, l’IRM.

TRAITEMENT DE LA SILHOUETTE : déjouer les pièges

Les pièges ?

Patients-pièges.
Zones anatomiques-pièges.
Pièges techniques.

Subcutaneous fat is resistant to diet/exercise

LES PATIENTS PIEGES

Age: plus de 60 ans mais à moduler…
Type de peau : déshydratée, fine, fonte du pannicule adipeux, hyperlaxité.
Poids : surpoids voire obésité, sous-nutrition, yoyo…
Etat général : problèmes d'immunité (surinfection, corticothérapie, AINS).
Hygiène alimentaire : carence en protides, régimes dissociés, excès de glucides, consommation d’alcool.
Absence de coopération : pas d’activité physique.
Attentes irréalisables.

LES PIEGES TECHNIQUES

Choix de machine : Radiofréquence, Lasers, Ultra sons ?
Peau modifiée : impédance modifiée par les topiques.
- (A. glycolique)
- par le bronzage
Défaut de gel : croûte, nécrose.
Durée du traitement : temps d’application de la PAM.
Fréquence et nombre des séances.

Velashape : peau traitée par acide glycolique

Velashape : peau traitée par acide glycolique            insuffisance de gel

TRAITEMENT DE LA SILHOUETTE : COMMENT AMELIORER LES RESULTATS ?

A la première consultation : identifier les problèmes.
Expliquer les techniques et leur mode d’action, les liens avec l’activité physique, la diététique...
Devis : combiner les machines si besoin.
Photos, poids, mesures ?

 

Contrôler les séances : formation de l’assistante, utiliser un thermomètre +++, durée 20 à 30 mn.
Entre les séances : hydratation biquotidienne de la peau, associer la VAA.
Bilan après 5 et 10 séances : photos, poids.

PROBLEMES SPECIFIQUES

Coudes et genoux : hyperlaxité et surcharge graisseuse laser non ablatifs et Radiofréquence.
Bras : relâchement musculaire, hyperlaxité ? Zone peu répondeuse.
Face interne des cuisses : ptose des tissus.
Cellulite :

- fibrose ou infiltration de l’hypoderme,
- importance du pannicule adipeux sous-jacent

Le laser a tout prix ?

Effet délétère à long terme ?
Action ciblée… mais déshydratation, fibrose réactionnelle ?
Intérêt de les associer à des Acides Hyaluroniques peu réticulés et vitamines ?
Acide Hyaluronique volumant.
Intérêt des les coupler à des séances de LED, des solutions transdermiques ?
Ne règle pas le problème des structures profondes : AGIR tôt.

Créer sans destructurer

VELASMOOTH (Radiofréquence)

Avant le traitement                              Après 5 séances

Avant le traitement         Après 5 séances          Contrôle à 4 ans            Contrôle à 5 ans

VELASHAPE : Abdomen

Avant traitement            Après 4 séances / prise de poids

Limites du traitement

Bien évaluer avec le patient, le rapport risques/efficacité des techniques chirurgicales et non invasives ?
En fait, la chirurgie n’est pas indiquée dans le vieillissement de la peau : seules l’amélioration du derme et de l’hypoderme sont nécessaires
Nécessité de combiner les lasers Infra rouges, les lasers fractionnés, la Radiofréquence et les ultrasons.


La demande de traitement du corps est de plus en plus formulée.
Il faut choisir les machines efficaces.