Injection de toxine botulique (Botox)

Spécial Covid-19

 

Isolée et purifiée depuis les années 1940, la toxine botulique traite depuis plus de 20 ans la contraction musculaire excessive chez les patients atteints d’affections invalidantes telles que le strabisme, le blépharo spasme et l’hémispasme facial avec une autorisation de mise sur le marché (AMM) dès 1993 en France et une 1ère approbation par la Food and Drugs Administration aux USA en 1989.


En esthétique, Jean Carruthers réalise les 1ères études cliniques sur l’utilisation de la toxine au début des années 1990.


En 2003, la toxine botulique obtient l’AMM pour le traitement de certaines rides avec une restriction aux spécialités telles que la dermatologie, l’ophtalmologie, la chirurgie maxillo-faciale et la chirurgie de la tête et du cou.

Injection de toxine botulique avant / après
Injection de toxine botulique avant / après

Injection de toxine botulique avant / après au niveau des rides frontales avec une injection de 50 unités

Mode d'action

La toxine botulique, issue de Clostridium botulinum est une substance qui inhibe la libération d’acétylcholine au niveau de la jonction entre la terminaison nerveuse et le muscle.


Elle réalise un blocage fonctionnel avec une relaxation du muscle qui n’endommage ni le nerf ni le muscle. Plusieurs toxines botuliniques A sont actuellement utilisées : Vistabel, Azzalure et Bocouture. C’est le Bocouture, toxine pure de 150 KD, dépourvue de complexes protéïques, que nous avons choisie d’utiliser pour éviter le risque de résistance (avec perte d’par développement des anticorps anti complexes protéïques au fil du temps.

Injection de toxine botulique avant / après
Injection de toxine botulique avant / après

Injection de toxine botulique avant après au niveau des rides de la patte d'oie - Résultat à 15 jours

La consultation

Lors de la consultation, le dermatologue dépiste en priorité les lésions susceptibles d’être précancéreuses (kératoses actiniques), ou cancéreuses (naevus atypique voire mélanome).

 

Il apprécie les anomalies du vieillissement (finesse de la peau, rides, perte de volume graisseux associé) et les différents facteurs impliqués: contraction musculaire excessive du muscle frontal, des muscles de la zone inter sourcillière (procerus et corrugators), de l’orbiculaire des paupières (muscle rond qui entoure l’oeil).

 

Toutes les explications seront fournies de même que le déroulement de la séance sera expliqué. Les doses peuvent être adaptées à chaque patient afin d’éviter un aspect figé. Un devis est remis en fin de consultation.

 

Il y a un délai de 15 jours à respecter entre la consultation initiale et la séance de traitement.

Les zones traitées

Les zones traitées : rides verticales inter sourcilières (“rides du lion”), les pattes d'oie, le front mais aussi le tour de bouche, les masseters, le nez.
Les effets débutent, après la séance de traitement, vers le 2e jour pour être complets entre 8 et 10 jours. La durée des effets est en moyenne de 4 à 5 mois.
La toxine est également utilisée pour traiter la sudation excessive.

Injection de toxine botulique avant après au niveau des rides du front - Résultat à 15 jours

Consultation initiale

Lors de la consultation, le dermatologue dépiste en priorité les lésions susceptibles d’être précancéreuses (kératoses actiniques), ou cancéreuses (naevus atypique voire mélanome). Il apprécie les anomalies du vieillissement (finesse de la peau, rides, perte de volume graisseux associé) et les différents facteurs impliqués: contraction musculaire excessive du muscle frontal, des muscles de la zone inter sourcilière (procerus et corrugators), de l’orbiculaire des paupières (muscle rond qui entoure l’œil).


Toutes les explications vous seront fournies de même que le déroulement de la séance sera expliqué. Les doses peuvent être adaptées à chaque patient afin d’éviter un aspect figé. Un devis est remis en fin de consultation.


Il y a un délai de 15 jours à respecter entre la consultation initiale et la séance de traitement.

Contre-indications

La séance

Il n’est pas nécessaire d’être à jeun.

Avant les injections de toxine, le maquillage est enlevé et une désinfection soigneuse est réalisée.
La prise de photos avant et après l’intervention permet de suivre l’évolution des traitements esthétiques.
Aucune anesthésie préalable n’est nécessaire car les aiguilles utilisées sont très fines.

Précautions

Au cours des 3 jours qui précèdent et qui suivent la séance, il est recommandé de ne pas prendre d’aspirine ou de paracétamol, de Vitamine C, d’anti inflammatoires non stéroïdiens (type Ibuprofène ou autre) afin d’éviter de fluidifier le sang et de favoriser ainsi les ecchymoses.


Après la séance, il faut éviter de s’allonger pendant 6 heures et de faire du sport intensif (24h). Les massages du visage sont à proscrire afin de ne pas faire diffuser la toxine aux muscles voisins qui n’ont pas été injectés ; de même toute compression (lunettes de piscine, casque) est à proscrire.


Le médecin fait un contrôle après une quinzaine de jours de traitement et peut effectuer un traitement supplémentaire si nécessaire en cas d’asymétrie.

Les résultats

Le rajeunissement obtenu avec la toxine botulique l’est en contre partie d’une diminution voire d’une disparition de certaines expressions du visage. Cet aspect a été évalué avec vous en consultation afin d’éviter les déconvenues si vous êtes acteur présentateur…


L’effet de la toxine s’installe progressivement et les résultats peuvent être variables voire asymétriques à certains moments avant de se stabiliser.


Cette variabilité est connue et c’est pourquoi un contrôle à distance est souvent nécessaire. Une consultation est donc conseillée mais pas obligatoire 2 à 3 semaines après les injections pour juger du résultat et effectuer une retouche éventuelle si besoin.


Les effets du traitement sont visibles dès 48 heures et vont perdurer pendant 4 à 5 mois parfois davantage mais parfois moins si le patient a été injecté depuis longtemps et trop souvent (phénomène de résistance). En moyenne les injections doivent être réalisées tous les 6 mois.


On peut associer, au cours d’une autre séance de traitement, la toxine botulique avec les injections d’acide hyaluronique ou les lasers et la radiofréquence.

Risques

Localement, rougeur et œdème aux points d’injections sont fugaces et disparaissent en 24 heures.
Les ecchymoses (bleus) sont exceptionnelles et peuvent perdurer une semaine.


Les maux de tête peuvent être présents au cours des premières injections et disparaissent en quelques heures. Certains sujets migraineux sont à l’inverse, améliorés par les injections de toxine.
Les troubles de la sensibilité (tension du front, sensation de fixité, douleurs fugaces oculaires ou faciales) sont exceptionnelles et doivent être signalées au praticien.

 

Imperfection de résultats : persistance de ridules, asymétrie, troubles de la mimique, surélévation d’un sourcil sont liés à la mise en place de la toxine dans les tissus et feront l’objet d’une correction éventuelle, éventuellement par d’autres techniques.

 

Comme dans tout traitement, certaines complications ont été décrites et peuvent être évitées : une formation précise en anatomie et une bonne connaissance de la composition des différentes toxines botuliques concourent à minimiser les risques inhérents à toute pratique médicale.

 

Il existe dans la littérature scientifique des complications décrites telles que : maux de tête, sécheresse oculaire et de manière très exceptionnelle : allergie, nausées, vertiges, fatigue, syndrome grippal, sécheresse cutanée ou buccale.


Exceptionnellement une atrophie musculaire au point d’injection qui est réversible habituellement.

La ptose d’une paupière (moins de 1% des cas) est liée à la diffusion du produit.


Toutes ces complications régressent en quelques semaines et sont sans gravité.

En raison de l’épidémie de COVID19 et selon le principe de précaution, il peut exister des risques même minimes de réaction actuellement non décrits. A ce jour, aucun cas documenté dans la littérature scientifique mondiale n’a montré la relation entre le Coronavirus Sars Cov 2 et la survenue d’effets secondaires après injection de toxine botulique.

Association toxine botulique, lasers, injections d'acide hyaluronique

Dans le cas d’un échec du traitement, d’autres techniques peuvent être utilisées.

 

En effet, le vieillissement intéresse tous les plans de notre “enveloppe”: la peau (épiderme et derme), le tissu adipeux, les muscles et les os. D’où la tendance depuis quelques années de combiner les différentes techniques afin d’obtenir un résultat très naturel.


Il est préférable de respecter un délai de 15 jours entre la séance de toxine botulique et les injections et/ou les lasers, la radiofréquence ou les ultrasons. Certains traitements peuvent cependant être associés le même jour en toute sécurité dans des zones différentes.

L’absence de cotation de certains actes médicaux à la nomenclature de la Sécurité Sociale vous sera précisée par votre médecin lors de la première consultation ainsi qu’un devis détaillé.
Cette fiche d’information vous est remise par votre dermatologue qui est à votre disposition pour répondre à toutes vos questions.

 

Docteur Régine Bousquet-Rouaud

Fiche mise à jour Mai 2020

Injections de Botox à Montpellier - Dr Régine Bousquet dermatologue